Charles Jeannel

Stéphane Batigne éditeur, 2019

100 pages

10 x 15 cm

 

Chaque année lors du pèlerinage de Notre-Dame du ­Roncier, à Josselin, des femmes ­venues se recueillir à la basilique se mettaient à produire des sons rauques, gutturaux, animaux, certaines en proie à une agitation extrême, d’autres tombant en convulsions. Ces femmes étaient surnommées « aboyeuses ».

Il fallait l’intervention de plusieurs hommes pour les emmener de force jusqu’au reliquaire, où on les contraignait à poser les lèvres sur la statuette de la Vierge. Ce baiser forcé les libérait instantanément de leur crise.

Ce phénomène des aboyeuses, attesté jusqu’au milieu du XXe siècle, a fait l’objet de diverses interprétations, mais il existe peu de témoignages directs présentant les faits dans leur ensemble.

Charles Jeannel, professeur de philosophie à l’université de Rennes de 1848 à 1856, est l’auteur du récit le plus factuel et le plus complet, que nous rééditons ici plus de 160 ans après sa première édition, en 1855.

Les Aboyeuses de Josselin

€8.50Price